Gestion du temps : 3 conseils pour être plus efficace

Publié par

Gérer son temps
 
Allez, cette semaine, voici un article court parce que je sais que vous n’avez pas beaucoup de temps. N’est-ce pas?
Alors, si vous voulez en gagner un peu chaque jour, sans consacrer 1 journée ou plus en formation à la gestion du temps… voici 3 principes faciles à mémoriser et à appliquer.
J’espère qu’il vous permettront de libérer un peu de place dans vos agendas.
Allez, j’ai chronométré, il vous faudra 2mn32 pour lire cet article !  (celui qui perdra son temps à vérifier ça, devra lire l’article 100 fois ! )
 

Commencer sa journée en avalant sa grenouille !

 
Gérer son temps en mangeant sa grenouille


J’ai découvert la métaphore de la grenouille dans l’ouvrage de Brian TRACY : Eat That Frog!: 21 Great Ways to Stop Procrastinating And Get More Done in Less Time
Le principe est le suivant : Imaginez que vous deviez manger une grenouille vivante ? Sympa, non? D’après Brain Tracy, ceci est le comble de l’horreur. Et bien si vous deviez passer par là, autant vous dire que cette perspective aurait de quoi vous gâcher toute votre journée et surtout vous disperser pour « meubler », voire pour vous inventer des mini-tâches qui combleront votre esprit tout en retardant l’échéance. Avec un peu de chance vous arriverez à différer l’échéance au lendemain…
Vous l’avez compris, nos grenouilles sont nos tâches les plus importantes, souvent celles qui nous « coûtent » mais qui ont aussi le plus d’impact sur notre efficacité. Manger sa grenouille dès le matin permet à la fois d’être plus efficace et surtout de s’offrir une « deuxième journée » bien plus agréable dès qu’elle est « avalée ».

Question poil à gratter :

Combien de bonnes raisons suis-je capable d’inventer en une journée pour éviter de faire les choses vraiment importantes.

Quand je mange, je mange.

Quand je dors, je dors !

 
 

 …
Imaginez que vous démarrez un footing. Vous venez de sortir de votre voiture, quelques assouplissements et c’est parti. Vous y êtes. Vous sentez comme ça tire… Les premiers 100 m ne sont pas les plus faciles, n’est-ce pas? Imaginez maintenant que deux minutes après avoir commencé à courir, votre téléphone portable sonne. Vous décrochez et parlez pendant quelques minutes. Allez, maintenant c’est reparti. Alors? Est-ce qu’après cet arrêt, vous vous sentez bien? Les premières foulées ne sont-elles pas aussi difficiles que les toutes premières?
Laissons le sport de côté et revenons à notre contexte professionnel. A chaque fois que nous acceptons de nous interrompre, notre temps de « chauffe » est perdu. Que ce soit la rédaction d’une proposition, une séance de prise de rendez-vous par téléphone, une préparation d’entretien, le secret de l’efficacité commerciale passe aussi par le respect des « séquences homogènes ». Une séquence de travail homogène est une plage de temps où on ne fait qu’une chose et une seule. Mais on la fait à fond, avec toute la concentration nécessaire, du début à la fin.  A chaque interruption, l’efficacité de la tâche diminue et la durée totale de réalisation s’allonge.

Question poil à gratter :

Pourquoi accepter d’être sans arrêt dérangés?  Serait-ce pour démontrer à quel point nous sommes importants, indispensables 24H/24,  et sur sollicités ? 

Faire très bien des choses inutiles… est idiot !


 
Stephen Covey, auteur bien connu a une belle phrase pour résumer cette idée: « Avant de commence à monter sur l’échelle du succès, assurez vous qu’elle est posée contre le bon mur« . C’est une bonne façon de rappeler qu’il y a une grande différence entre activité et productivité.
Il y a malheureusement des gens qui paraissent toujours extrêmement occupées mais qui finalement, accomplissent très peu.
Une des raisons est qu’elles investissent trop de temps dans des choses qui ne sont pas directement en relation avec leur mission, leur objectif.
Pourquoi suis-je payer ? Cette seule question doit nous permettre d’identifier les tâches les plus importantes à accomplir en priorité. Celles-ci, il s’agit bien de les faire avec le plus grand soin. En revanche, pour ce qui est des tâches « accessoires », la chasse à la sur-qualité doit être sans pitié. Vos missions les plus importantes ne doivent pas être à la merci des tâches accessoires.

Questions poil à gratter :

Quelles sont mes tâches les plus importantes pour réussir? Qu’est ce que j’attends pour y consacrer plus d’énergie encore? Quelles sont les tâches que je décide de ne plus faire (ou de faire différemment) ?

 
 …
Allez, Bon Business à tous !
Nicolas Caron
© Halifax Consulting


  • Logo linkedin